Cephalic Carnage – Xenosapien juil08

Articles ayant un rapport vague...

Fait passer tes amis

Cephalic Carnage – Xenosapien

Cephalic Carnage est un joyeux groupe de musette venu tout droit de la bien belle région qu’est la Corrèze. Le groupe s’est formé le jour où Jacques Chirac a décidé de conquérir la France, depuis il n’a eu de cesse de suivre notre ancien Président dans tous ses meetings et ainsi offrir aux partisans de Jacquot de bien beaux moments musicaux fraternels… Je vous sens dubitatif et vous avez bien raison…

Cephalic Carnage fait parti de ces groupes dont il suffit de prononcer le nom pour invoquer chez les gens à la fois rire et prostration. Rire car le nom est tout à fait annonciateur du style musical, ce qui laisse présager une bonne claque. Et prostration car la peur de prendre une dérouillée auditive guette nécessairement ceux qui se tenteront à l’écoute du groupe et qui n’ont pas l’habitude d’un tel déchaînement de violence. En effet, la première écoute de cet album est telle un coup de poing d’une violence extrême qui vous fait faire trois tours dans votre slip sans toucher les bords. Une désorientation absolue qui appelle forcément plusieurs écoute si on veut déceler les secrets de chaque morceau qui composent « Xenosapien ».

Cet album est le premier que j’achète de Cephalic Carnage. Je ne suis pas un fin connaisseur du groupe que je connais seulement à travers quelques écoutes de leurs anciennes galettes. Cette critique sera avant tout personnelle et se basera uniquement sur l’album et non pas sur le parcours du groupe et une analyse de son évolution. Je dirais simplement qu’après avoir lu quelques lignes ici et là sur le Net, de nombreux fans trouvent l’album moins déjanté que ses prédécesseurs et ce petit grain de folie en moins, qui caractérisait le style du groupe, déçoit. Certes, c’est vrai que « Xenosapien » semble plus lisse et plus accessible mais il est incontestable que Cephalic Carnage reste un groupe maître dans le brutal death à tendance grind. Rentrons dans le vif du sujet avec ce « Xenosapien ». Ce qui frappe dès la première écoute c’est que l’album est des plus complexes et même s’il semble plus accessible à des oreilles nouvelles pour ce genre de musique, autant bien s’accrocher car ça fuse. Les changements sont omniprésents, la technicité et la maîtrise des instruments sont hallucinantes. Les musiciens nous montrent qu’ils savent s’adapter et passer d’un style à un autre. En effet, « Xenosapien » est un savant mélange des styles musicaux les plus extrêmes. La quatrième piste, « Touched by an angel » très influencée par le black métal, des pistes telles que « Vaporized » ou « Let them hate so long as they fear » très ancrées dans le brutal death technique, ou encore un titre comme « G.blobal O.verhaul D.evice » à la fois lancinant et lourd qui ouvre de nouveaux horizons à cet album. Ce « Xenosapien » est un véritable melting pot des styles musicaux extrêmes en gardant comme ligne directrice la violence dissonante dont sait faire preuve le groupe avec des titres comme « Endless cycle of violence » ou « Megacosm of the aquaphobics », des titres techniques et brutaux qui prônent l’écartèlement, l’empalement et autres sévices corporelles d’un autre temps.

Vous l’aurez compris, l’album est un condensé du talent des américains de Cephalic Carnage, certes pas des plus originaux mais on est certain d’en prendre plein les oreilles. Les musiciens nous dévoilent des aptitudes impressionnantes dans la maîtrise dans leurs instruments, ça blaste, ça fuse à s’en déplacer les vertèbres.

Pour ce qui est des paroles, le groupe aime à polémiquer sur des sujets de société : La violence qui imprègne les médias et qui pervertit l’esprit des enfants, les sociopathes qui sont remis en liberté sans aucun suivi et l’omnipotence du pouvoir clérical, par exemple. Le tout regroupé dans un livret original avec des dessins et photos assez bien faits.

Pour conclure, « Xenosapien » est un album intéressant, violent et surtout qui montre la savoir faire des musiciens. Cephalic Carnage reste sans conteste un groupe majeur dans le style de musique qu’il interprète n’hésitant pas à s’aventurer dans de nouvelles contrées avec le titre « G.blobal O.verhaul D.evice » qui témoigne d’une certaine mélodicité à la fois rageuse et cyclothymique, représentée par le saxophone et la lourdeur quasi-doomesque du titre. Néanmoins, que les adeptes de brutal et autres mouvances barbares ne s’inquiètent pas car avec « Xenosapien » vous aurez de quoi remplir les fonds de caisse de votre ORL…